Les Devoirs à la Maison en Primaire interdits

Image
30/09/2022 par l'équipe En Cavale

Quelques éclaircissements sur cette question

Saviez-vous que les devoirs à la maison en primaire étaient interdits ? Pensant que cette information pourrait vous intéresser, et peut-être éviter certains conflits, l’équipe En Cavale a enquêté afin d’éclaircir la question. Car soyons honnête, votre bambin rentre rarement de l’école en vous disant qu’il n’a aucun travail à faire. Et si jamais c’est le cas, vous n’êtes pas rassuré pour autant. Vous jetez donc un petit coup d’œil discret à son agenda pour vérifier qu’il n’ait rien d’oublier. Alors qu’en est-il réellement ? Ces lignes vont vous apprendre ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Le texte officiel

Sans entrer dans les détails, sachez qu’une seule phrase traite des devoirs à la maison en primaire dans la refondation de l’école de la République. La loi du 8 juillet 2013 précise simplement que : « Cette réforme des rythmes va permettre de rendre effective l’interdiction formelle des devoirs écrits à la maison pour les élèves du premier degré. »

Et le site du Service Public confirme, en modulant la réponse « Oui. Toutefois, un enseignant ne peut pas donner à ses élèves un travail écrit à faire en dehors de la classe. Les devoirs à faire à la maison peuvent être un travail oral (lecture ou recherche par exemple) ou des leçons à apprendre. »

Ce texte signifie que si un enfant ne fait pas un devoir, il ne peut pas être sanctionné. Il n’y a aucune condition de résultats ni de performances. Par contre, une institutrice pourra parfaitement demander aux écoliers de réviser une leçon vue en classe, d’effectuer une recherche quelconque ou encore de lire.

Trois écoliers sacs sur le dos avant de faire leurs devoirs à la maison en primaire
En sortant de l’école, les enfants n’ont qu’une envie : jouer.

Les raisons d’interdire les devoirs à la maison en primaire

Le travail hors du temps scolaire crée des inégalités dont voici certaines conséquences. Mais il en existe sûrement d’autres, car chaque enfant est unique.

Le manque de disponibilité parentale

Les devoirs à la maison ne posent pas de problèmes pour les écoliers qui peuvent étudier chez eux, soutenus si besoin par leur famille. Par contre, cela pénalise ceux dont les parents ne sont pas en mesure de les aider ou qui rentrent trop tard. 

L’aggravation des difficultés scolaires

Le travail hors des heures d’enseignement peut également accentuer la fragilité des élèves, mais aussi leur confiance en eux.

Une source d’angoisse

Quand ils sortent de cours, les enfants n’ont qu’une envie c’est de courir, jouer et pouvoir faire ce qu’ils veulent. C’est leur moment de liberté pour décompresser. La perspective de révisions le soir peut se révéler oppressante et avoir un impact néfaste sur leurs facultés. La récurrence du travail hors du temps scolaire génère du stress et éloigne le goût et la capacité d’apprendre. La pression qu’exercent les devoirs à la maison en primaire, au collège ou au lycée rend les élèves anxieux.

La fatigue de la journée

Les écoliers sont moins disposés aux apprentissages après 6 à 8 heures de cours. Certains peuvent aussi montrer un manque évident d’attention, voire moins de concentration pour retenir les informations.

Moins de temps libre

Tous les enfants n’ont pas le même rythme ni les mêmes facilités. Ainsi le temps nécessaire aux devoirs en élémentaire peut être multiplié chez les élèves en difficulté scolaire.

Le stress parental face à cette contrainte éducative

En passant la porte de votre maison, vous savez que votre journée n’est pas finie. Vous allez devoir endosser le costume du professeur pour faire travailler votre progéniture. Cela peut créer des tensions, car ce n’est pas toujours facile de faire preuve de pédagogie ou de diplomatie après 18 heures alors que le repas n’est pas prêt. Pour peu que vous ayez plusieurs enfants, vous n’êtes pas couché. Ni eux non plus d’ailleurs. Ainsi, qui ne s’est pas déjà retrouvé devant un problème de mathématiques totalement incompréhensible, même pour un adulte en possession de toutes ses facultés ? C’est pourquoi de plus en plus de parents ont recours à une aide extérieure pour les devoirs.

Les parents d’enfants Espions ont également lu « 9 podcasts sur la mythologie grecque racontée aux enfants »

Les avantages du travail à la maison

Malgré tout, les devoirs à la maison possèdent quelques bénéfices comme de :

  • permettre à la famille de s’impliquer dans la vie scolaire de leur enfant ;
  • savoir ce qu’il fait à l’école ;
  • renforcer le lien et le suivi entre les parents et la maîtresse concernant les progrès de l’élève ;
  • réviser ou d’approfondir des leçons vues en classe dans un environnement plus calme ;
  • aider au développement de l’autonomie de l’écolier ;
  • etc.
fillette faisant ses devoirs à la maison en primaire avec sa mère
Fillette faisant ses devoirs à la maison en compagnie de sa mère.

Les différents types de devoirs à la maison en primaire

Voici une liste non exhaustive de devoirs que peut donner une enseignante :

  • revoir une leçon étudiée en classe (conjugaison, grammaire, etc.) ;
  • mémoriser une poésie ;
  • lire un texte ;
  • réviser les tables d’additions ou de multiplications ;
  • savoir orthographier des mots de vocabulaire pour préparer une dictée ;
  • faire de petites recherches ;
  • etc.

Certaines institutrices pensent que le temps consacré à la vérification et à la correction du travail à la maison serait mieux employé en apprentissage. D’autres préfèrent donner comme devoirs de la lecture. C’est un choix judicieux, car lire un livre est plus facile à inclure dans la vie de famille. Cela peut représenter un moment de partage tout à fait bénéfique et relaxant pour chacun.

Vous en savez maintenant plus sur l’interdiction des devoirs à la maison en primaire. Connaissant cette subtilité de la loi, vous pourrez en discuter librement avec la maîtresse si cela angoisse trop votre petit écolier. Vous prendrez davantage de recul face à ce temps scolaire qui empiète sur votre vie personnelle. Si besoin, vous pourrez l’expliquer à votre bambin. Mais juste le fait de vous sentir plus détendu devant les 15 mots de la dictée à apprendre pour lundi, peut le rendre plus ouvert à votre pédagogie. Les enfants sont très empathiques.